Pourquoi cette enquête ?

vendredi 19 septembre 2008, par Paul Monnoyer

Suite à la mise en place de l’accompagnement éducatif dans les collèges de ZEP à l’automne 2007, une réunion rassemblant des membres de l’éducation nationale et de la ville de Brest a mis au jour le déficit de connaissances des pratiques et besoins des collégiens. Les collèges ignorent souvent les pratiques de loisirs développées par les élèves. Ils ne repèrent pas toujours l’offre publique et associative qui intervient sur les temps péri ou extra scolaires des adolescents et avec laquelle ils pourraient s’articuler dans une perspective de complémentarité éducative telle que l’encourage la mesure d’accompagnement éducatif dans les collèges. Cette observation coïncidait avec celles énoncées par l’évaluation du PEL au même moment :

• Le temps libre de l’enfant semble mieux pris en compte que celui de l’adolescent.

• L’offre développée par les équipements socioculturels généralistes concerne une faible part de la population des 12-15 ans domiciliés sur la ville.

• Les acteurs publics et associatifs peinent à s’adosser à une vision consolidée des pratiques, des usages, des attentes des adolescents.

• Les spécificités qui peuvent définir l’adolescence par rapport à d’autres catégories d’âge restent mal identifiées… laissant prospérer nombre de représentations commodes.

• Les variables de genre, de domiciliation territoriale, de catégorie économique, sociale et culturelle restent difficilement appréciées et faiblement prises en compte.

La ville s’est donc donné pour objectifs :

• De caractériser l’organisation effective du temps libre des adolescents sur la ville, leurs pratiques encadrées ou non.

• D’apprécier l’impact des différentes variables (genre, domiciliation, appartenance sociale…) sur l’organisation effective du temps libre.

• D’identifier la nature des représentations que les adolescents, dans leur diversité, se forgent quant à l’offre publique et associative disponible sur leur quartier de domiciliation, voire sur la ville.

• De mieux connaître leurs critères d’appréciation de l’offre.

• D’apprécier les manques repérés par les adolescents et/ou leurs besoins non satisfaits.

Pour cela, elle a décidé de réaliser une enquête auprès des adolescents scolarisés dans les collèges brestois. Afin de garantir la pertinence, la légitimité, la fiabilité des informations produites, et de satisfaire les attentes de caractérisation fine, un principe d’exhaustivité a été souhaité. L’enquête devait par conséquent « consulter l’ensemble de la population des adolescents scolarisés dans l’ensemble des collèges brestois ». La méthode qui s’applique dans ce contexte, pour répondre au principe d’exhaustivité, est la méthode d’enquête par questionnaires. A cette enquête s’ajoutera un état des lieux précis, à l’échelle de chaque unité territoriale (le quartier, la zone d’influence du collège, la ville…) du niveau de disponibilité de l’offre éducative et de son adéquation avec les critères d’appréciation des adolescents. La mise en adéquation de l’état des lieux et de l’enquête réalisée auprès des adolescents vise à éclairer l’ensemble des acteurs (collèges, services municipaux, acteurs associatifs, acteurs institutionnels partenaires) qui, par la suite, s’attacheront à élaborer des stratégies adaptées à la consolidation d’une offre coordonnée et mobilisatrice pour les adolescents.

Portfolio