PEL Brest Europe - Groupe quartier

vendredi 28 mars 2008, par BALBOUS Solenn
compte-rendu de la réunion plénière du 4 mars 2008

Ordre du jour :

- Point sur les groupes de travail

- Point sur le dispositif de réussite éducative

- Présentation du service santé de la ville de Brest

- Point sur l’évaluation du PEL

- Questions diverses

Point sur les groupes de travail

Petite enfance

Pen ar Créach

Les acteurs « petite enfance » du quartier de Pen ar Créach organisent du 9 au 15 avril 2008 un temps fort à destination des familles. Projet réseau « baby-sitters » : ce projet est travaillé en lien avec le FSE du lycée de l’Iroise, le groupe enfance du centre social de Pen ar Créach et les PEL St Marc et Europe. Certains parents rencontrent des difficultés pour trouver un(e) baby-sitter qualifié(e) auprès des tous petits. L’idée finale est de constituer un fichier de baby-sitters qualifiés. Pour cela des formations à destination des jeunes de plus de 16 ans des quartiers St Marc et Europe, souhaitant faire du « baby-sitting », seront proposées. Lors de ces formations, différents thèmes pourront être abordés : soins aux enfants, les rythmes, les accidents domestiques, éveil et jeux…

Suite de la formation accueil des 2-4 ans

La commission départementale de l’accueil du jeune enfant propose une formation aux professionnels « petite enfance ». Sur le Finistère, deux territoires ont bénéficié de cette expérimentation (Quimperlé et le quartier de l’Europe à Brest). Cette formation s’est déroulée en novembre et décembre 2007 sur 4 vendredis. Le groupe était constitué de la manière suivante : - 3 personnes issues des crèches et haltes-garderies - 3 personnes issues des CLSH - 2 personnes issues des écoles (enseignante et l’EJE de la classe passerelle) - 4 ATSEM - 1 assistante maternelle Le bilan de la formation est très satisfaisant. Les participantes ont surtout apprécié les échanges entre les professionnels d’horizons différents, le contenu riche de la formation. Cette formation a permis de mener une réflexion commune sur l’accueil des enfants de 2-4 ans et de leurs parents dans les différentes structures.

Perspectives de travail : - L’accès à un fond documentaire commun (par exemple, mener une réflexion sur le rythme de l’enfant) - Travailler sur l’observation afin de dégager des pistes de travail - Travailler sur la place des parents et la façon de les accueillir

Réflexion autour du travail saisonnier et modes de gardes des jeunes enfants

Les acteurs « petite enfance » du quartier constatent que de nombreux parents rencontrent des difficultés de gardes d’enfants lorsqu’ils reprennent une activité professionnelle. Cette situation se présente surtout au moment des travaux saisonniers (saumon, tomates…). Il semble nécessaire d’engager une réflexion sur le quartier en lien avec les parents, le LAVE, le CIDF, le RAM et les partenaires petite enfance du quartier afin de rechercher ensemble des solutions respectant le rythme de l’enfant et correspondant aux choix des parents (quel mode de garde souhaitez-vous pour votre enfant ? quel mode de garde est compatible avec votre activité professionnelle ?).

Parentalité

Ce groupe s’est réunit une fois en octobre 2007. Lors de différentes rencontres (réunion PEL, travail sur la caractérisation du territoire, bilan du contrat de ville…) plusieurs partenaires du quartier ont émis le souhait de travailler sur la parentalité. Sur le territoire de l’Europe, de nombreuses initiatives, réflexions existent notamment dans l’exercice des missions de chaque structure au quotidien ou au travers de groupe de travail (parents d’ados, petite enfance, café des parents…).

La première rencontre de ce groupe avait pour but de confronter les points de vue de chacun sur la notion de parentalité, de définir les attentes de chacun par rapport au groupe et ainsi définir une méthode de travail.

La rencontre s’est déroulée autour de 3 questions :
- Pour vous, c’est quoi la parentalité ?
- Comment cet axe « parentalité » est-il mis en œuvre dans votre structure ?
- Quelles sont vos attentes par rapport à ce groupe de travail ?

En parallèle l’association Alter-Act, regroupant des femmes d’origines étrangères réfléchit aux mêmes notions. L’un de leurs objectifs est de sensibiliser sur les différences culturelles, afin de mieux s’intégrer, par le biais de débat notamment… L’association a organisé un débat sur le thème de la parentalité avec la même approche que le groupe de travail de professionnel.

L’association souhaite rencontrer des professionnels pour échanger. L’idée étant de créer un espace de rencontre, un espace commun de partage. Une nouvelle rencontre est prévue avec l’association afin d’envisager les collaborations possibles entre les 2 groupes.

Stages scolaires

Des professionnels du quartier de l’Europe constatent que de nombreux jeunes éprouvent des difficultés à trouver un stage souvent par absence de réseau. En octobre 2007, en lien avec le collège de Kerichen, une découverte des métiers a été organisée auprès des entreprises de quartier. L’objectif était de faire découvrir aux collégiens (4ème et 3ème) différents métiers sur une demi-journée. Le coordonnateur jeunesse travaille actuellement avec une classe de 4ème « découverte professionnelle », des stages de quelques jours sont organisés à la « caisse à clous ».

Nadia Météry, coordonnatrice de la ZEP (éducation nationale) souhaite lancer une réflexion sur l’orientation et les stages scolaires.

Parents d’ados

Ce travail a été initié par la MPT de Pen ar Créach en lien avec les PEL Europe et St Marc. Le thème retenu pour l’année scolaire 2007-2008 est la violence à soi et aux autres. Un temps fort a été organisé les 11,12 et 13 décembre 2007 avec une intervention de la compagnie NAJE (théâtre forum). Une représentation à destination des parents d’ados a rencontré un grand succès. Des représentations ont également eu lieu sur le temps scolaire à destination des classes de 4èmes des collèges de Kerichen, Lesven Jacquard et l’Iroise, de la Mission Générale d’Insertion et des jeunes d’initiative formation. En janvier 2008 a eu lieu une soirée débat sur le thème des troubles du comportement alimentaire animée par le Dr Montavon de Bohars.

Accompagnement à la scolarité

Centre social de Pen ar Créach : organise l’accompagnement à la scolarité depuis le 19 novembre 2007 pour les enfants de l’école de Kerbernard. Les enfants se retrouvent après la classe, dans le local rue Léon Nardon, les lundis et jeudis de 16h45 à 18h30. A ce jour, 12 enfants sont inscrits. Le projet a été travaillé en lien avec les parents et l’équipe enseignante. Les séances sont encadrées par un animateur permanent et des bénévoles. Des liens se créent avec les personnes âgées jouant aux dominons dans le local (préparation du goûter…).

Collège de Kerichen : depuis la rentrée 2007, un accompagnement éducatif a été mis en place dans les collèges de ZEP le soir de 16h à 18h. Chaque soir, environ 25 élèves du collège (surtout des 6ème et 5ème) y participent. Ce temps de devoirs est encadré par des professeurs volontaires et des assistants d’éducation. La circulaire du 13 juillet 2007 prévoit que le collège organise durant ce temps de l’aide aux devoirs, des activités sportives, des ateliers de pratique artistique et culturelle. Actuellement, seule l’aide aux devoirs a été mise en place. Des complémentarités sont à réfléchir avec les acteurs du quartier pour les deux autres champs d’intervention.

L’Escale : organise l’accompagnement à la scolarité 4 soirs par semaine pour 41 collégiens et 5 lycéens. Une organisation en 2 temps est proposée : un temps de devoirs puis un temps d’activités autour de la lecture, l’écriture et les sciences. Les séances sont encadrées par 2 animateurs permanents et des bénévoles.

Le CAP CSF organise l’accompagnement à la scolarité pour les enfants du CP au CM2.

Journée d’échange autour de l’usage du livre

Lors de rencontres formelles ou informelles plusieurs acteurs de quartier avaient émis le souhait d’échanger autour de la place du livre et de la bibliothèque dans l’éducation de l’enfant. Pour répondre à ces attentes il a été proposé une journée échange débat. Cette journée a été construite en lien avec la médiathèque de Pontanézen, le réseau des bibliothèques de la ville de Brest, le coordonnateur jeunesse et le PEL Europe. L’idée de cette journée était de travailler sur les représentations de chacun par rapport au livre, d’échanger sur la place du livre dans notre vie, dans notre pratique professionnelle. L’idée aussi était de partager des valeurs communes, de construire des actions communes. L’intérêt de cette journée était de mettre autour de la table des personnes qui fréquentent régulièrement la bibliothèque avec des personnes qui la fréquente moins. La matinée animée par Margaret Hirschler (DDJS) avait pour objectif de faire réfléchir les participants sur sa propre pratique de l’usage du livre. L’après-midi était consacrée aux échanges d’expériences. Les participants à cette journée sont très satisfaits. Il est envisagé de poursuivre ce travail en le développant sur d’autres territoires.

Point sur le dispositif de réussite éducative

Depuis Septembre 2007, Nolwenn Tosser coordonne l’équipe de réussite éducative de Pontanézen en remplacement de Bénédicte Raynaud. L’équipe de réussite éducative a gardé la même composition depuis sa création.

En 2007, 58 situations ont été traitées : - 17 jeunes en parcours de réussite éducative - 6 jeunes en attente de parcours - 10 enfants en club coup de pouce - 15 enfants en classe passerelle

L’équipe travaille en 3 temps : - l’accueil, l’évaluation et la saisine - le retour et la proposition à la famille - la construction du parcours de réussite éducative

L’équipe se réunit tous les 15 jours, « rester humble et réactif » est le mot d’ordre de l’équipe. Les objectifs fixés avec les familles sont claires et facilement évaluables.

Lors de la rencontre, un exemple concret a permis d’illustrer le travail de l’équipe de réussite éducative.

Présentation du service santé de la ville de Brest

Le service santé de la ville de Brest s’est réorganisé suite aux mouvements de personnel. Ce service est composé de 5 chargés de projet répartis sur les 5 quartiers prioritaires de la ville. Lucille Bourlot est la référente sur le quartier de l’Europe. Elle est notamment chargée d’accompagner les projets et actions en lien avec la santé.

Certains acteurs de quartier souhaitent travailler sur la mise en place de formation autour de l’alimentation en direction des animateurs. Ils ont également exprimé le souhait de visiter le service santé.

Point sur l’évaluation du PEL

L’évaluation du PEL a été réalisée par le cabinet ARESS dirigé par Jean-Marc Ditcharry et s’est déroulée de février à décembre 2007. De nombreux acteurs du PEL ont participé à cette évaluation. Un document complet est disponible sur demande auprès du référent PEL.

Voici les conclusions de Jean-Marc Ditcharry :

Points forts :
- Un engagement politique fort
- Une dimension éducative qui interpelle l’ensemble des partenaires
- Une volonté de prendre en compte la question sociale et ses déséquilibres dans l’offre éducative
- Une politique publique fédérative et intégrative
- Une prise en compte des réalités du terrain dans une politique publique ancrée sur des territoires et animée sur un mode ascendant où l’initiative des opérateurs directs est plus accompagnée et encouragée que convoquée et instrumentalisée
- Une capitalisation importante des ressources historiques
- La structuration d’une instance de pilotage globalisé
- L’installation d’une maîtrise d’œuvre partenariale qui gère de façon partagée des financements croisés, qui instruit avec réactivité, qui tente d’animer une réflexion technique thématique
- La structuration sur l’ensemble des secteurs PEL d’une fonction d’animation
- Le développement d’outils de communication tout à fait remarquables
- Des groupes territoriaux qui sont amenés collectivement sur des fonctions de diagnostic partagé de la demande et de l’offre éducative
- Un dispositif qui organise des échanges et des collaborations de terrain
- Un dispositif qui élargit le réseau des acteurs préalablement associés
- Une démarche qui propose un cadre partenarial d’expérimentations

Points faibles :
- Un référentiel qui réduit l’éducatif à la sphère juvénile
- Un référentiel qui situe l’enfant ou le jeune dans une sociabilité réduite à sa relation aux institutions
- Un référentiel qui dédie l’effort public aux publics fragilisés socialement sans nommer la nature des déficits qu’il s’agit de traiter
- Un référentiel qui ne dit rien des spécificités liées aux différentes catégories d’âges
- Un référentiel soulignant avantageusement des valeurs mais qui n’indique rien des modes opératoires souhaités par les pilotes
- Un référentiel faiblement alimenté par un PEL en difficulté sur le registre de la réflexion critique, de la production thématique, de l’apport théorique, de la capitalisation d’expériences…
- Des fonctions de pilotage… qui consacrent l’emprise municipale et troublent l’assise identitaire de divers partenaires…
- Faible production thématique
- Des fonctions de pilotage ‘embarrassées par le principe résolument ascendant du PEL qui affecterait la légitimité des commandes du central vers le terrain
- Des fonctions de pilotage absorbées par la bonne administration des projets d’action émanant du terrain
- Une maîtrise d’œuvre ville affectée par le positionnement de prudence de certaines directions municipales (sport / culture…)
- Une maîtrise d’œuvre ville concentrée autour d’un bloc institutionnel
- Une maîtrise d’œuvre ville qui éprouve quelques difficultés à promouvoir des critères d’éligibilité par ailleurs faiblement formalisés
- Une maîtrise d’œuvre territorialisée où les référents ville sont surexposés par rapport à ceux de la CAF et de l’Education Nationale
- Des référents aux profils hétérogènes qui ne sont pas encore « ancrés » sur les territoires et les réseaux utiles au PEL
- Des référents d’autant plus exposés qu’ils restent parfois isolés et démunis de références dans un PEL en cours de stabilisation
- Des groupes territoriaux où les parents, les habitants, voire les jeunes, sont absents ce qui appauvrit le niveau d’analyse collective

Quelques orientations proposées par JM Ditcharry :
- Mettre en perspective le PEL comme dédié à l’ensemble des catégories d’âge et non comme spécifiquement attaché aux publics de l’enfance / jeunesse
- Mieux préciser dans le référentiel l’ouverture et la disponibilité du PEL aux autres acteurs que ceux de la sphère scolaire et socioculturelle (ex : sport, culture)
- Mieux formaliser dans le référentiel les principes d’action valorisés par les pilotes du PEL
- Développer l’implication de partenaires institutionnels dans l’animation d’une production thématique qui associe théorie / pratiques, références / expériences
- Associer davantage les référents politiques et administratifs qui portent le droit commun en matière sportive et culturelle
- Associer dans les travaux de la maîtrise d’œuvre une représentation des opérateurs associatifs / scolaires
- Qualifier les référents territoriaux sur des fonctions d’animation collective, de problématisation des enjeux éducatifs, de traitement partagé des enjeux territoriaux
- Tisser davantage de liens entre maîtrise d’œuvre ville et groupes territoriaux
- Mobiliser les groupes territoriaux pour s’adosser directement ou indirectement à une parole de jeunes, de parents…
- Valoriser par l’exemple concret les productions enregistrées sur le terrain et les donner à voir à l’ensemble du réseau PEL et auprès de l’ensemble des acteurs qui n’identifient pas clairement l’intérêt concret ni le mode d’emploi du PEL.

Travail sur le nouveau référentiel PEL : Présentation d’un document « martyr » au COE du 14 février pour validation. Ce document sera soumis et travaillé avec les acteurs de quartier puis finalisé pour juin ou octobre. Ce document s’organise en 3 parties : - les ambitions éducatives de Brest (engagement des partenaires du PEL) - les caractéristiques brestoises : ville, 7 territoires, les objectifs du PEL (ville et territoires) - le PEL, mode d’emploi : organisation, critères d’éligibilités des actions et les ressources mobilisables

Portfolio