GROUPE THEMATIQUE "Handicap"

lundi 18 février 2008, par Stéphanie LEON

Objet de la réunion : Création d’un groupe et réalisation d’un projet fédérateur à destination des familles.

Le groupe thématique Handicap s’est créé dans le cadre du PEL l’année dernière et s’est réuni trois fois durant l’année passée. Des temps d’échange et l’envie de monter un projet de sensibilisation du handicap ont vu le jour. Cette année le groupe se retrouve, plus nombreux et avec l’envie d’agir ensemble pour participer à l’amélioration du parcours difficile que vivent les parents et leur enfant.

Le groupe s’est réuni ainsi le 11 décembre 2007, à la pause du midi autour d’un plateau repas à la Mairie de Saint Marc. Nous nous sommes retrouvés à plus d’une vingtaine pour échanger sur la thématique du handicap à l’école.

Anne Marie Cibaud, Maire-adjointe de Saint Marc, remercie l’ensemble des participants pour leur présence, note l’importance de faire vivre ce réseau d’acteurs et d’aboutir à des actions concrètes. Puis chacun son tour, nous prenons la parole pour nous présenter à l’ensemble du groupe.

Geneviève Le Corre profite de ce temps de présentation pour informer du projet de l’ouverture d’une classe bilingue (LSF reconnue comme matière) au collège de Charles de Foucault.

Danièle Foisy Marquis poursuit en indiquant que la MPT du Guelmeur propose un accueil de jour avec diverses activités pour les enfants de l’hôpital Ponchelet. Actuellement des poèmes sont d’ailleurs exposés à la MPT. Il insiste sur l’idée qu’il faille vivre avec les handicapés et ne pas séparer le monde du handicap et le monde du non-handicap. Nous formons un tout et devons tous vivre avec nos différences en harmonie.

Un temps fort est accordé sur les parents

Le lien entre le PEL et le thème du handicap est mis en avant par Marie Laurence Troalen :

Comment utiliser le PEL pour mener des actions concrètes, et aider à l’amélioration de l’intégration des enfants handicapés ?

De plus quelles sont les actions que l’on peut mener à destination des parents ?

Chaque parent et chaque enfant est différent, chaque handicap est différent. Il n’y a pas de solution simple. L’accompagnement des parents pour les emmener dans l’acceptation de la différence de leur enfant est primordial. L’ensemble des acteurs de l’éducation et du corps médical accompagne les parents à différents moments et temps de vie dans l’acceptation de la différence de leur enfant.

On remarque souvent que la découverte du handicap se fait à l’école lors d’activités pédagogiques notamment. Souvent ce sont les équipes enseignantes qui sont amenées à échanger avec les parents et les préparer à ce qui peut arriver et les guider vers des spécialistes pour diagnostiquer ou non un handicap.

C’est un rôle difficile à porter pour les équipes enseignantes.

Pourtant Irène le Roy précise qu’il n’y a pas que l’école qui fait le lien entre l’enfant, le handicap et les parents. Des situations similaires peuvent se vivre beaucoup plus tôt : crèche, halte garderie…

Elle nous rappelle les choix difficiles auxquels les parents doivent faire face. Souvent l’un des parents arrête de travailler ; ce parent court entre l’école, les structures médicales, et autres lieux d’accueil ; souvent les enfants ne peuvent pas rester manger à la cantine…

L’engagement des parents est conséquent. Le parent doit prendre parti et créer le parcours éducatif de son enfant, contacter les structures, trouver les informations concernant les droits de son enfant, les besoins, ce qui existe….C’est souvent un long parcours semé d’embuches.

Le parent doit non seulement accepter la différence de son enfant mais très vite être réactif pour trouver les solutions les mieux adaptées à son enfant.

En lien avec la loi sur la scolarisation des enfants handicapés, Marie Laurence Troalen pointe du doigt les emplois du temps de l’école lourds et fatigants, voire pas adaptés pour les enfants handicapés.

Souvent le rythme de l’école fatigue les enfants qui rentrent épuisés chez eux.

Geneviève Le Corre reprend l’idée que bien que l’intégration des enfants handicapés à l’école soit une grande avancée et qu’il faille poursuivre ces efforts, l’école n’est pas toujours le lieu le mieux adapté à des enfants souffrant d’un handicap. Elle évoque notamment l’expérience d’enfants sourds immergés dans une classe d’entendants. Le langage n’étant pas le même, les enfants sourds souffrent de ne pas pouvoir communiquer. Il apparaît clairement qu’il faille un enseignement adapté avec la Langue des Signes Française en matière.

De plus, si l’intégration de l’enfant handicapé n’est pas réussie, c’est l’ensemble de la classe, les parents, l’équipe enseignante et surtout l’enfant handicapé qui sont touchés et qui souffrent. Ces situations ne sont pas viables et des solutions concrètes doivent très vite être apportées.

D’autre part, l’intégration est également en lien avec des moyens qui sont déployés pour les enfants ; or tous les enfants ne bénéficient pas des mêmes moyens. Ex : des enfants ont des AVS à temps complet, d’autre pas, etc…

Il y a certainement encore des efforts à faire concernant la réglementation sur les aides à destination des enfants handicapés à l’école.

Réaliser un projet commun autour de l’accompagnement des familles.

Le groupe propose de réaliser un projet de sensibilisation et d’information sur le handicap ainsi que d’y présenter les structures qui peuvent aider les parents. Il est également proposer de mettre en avant des témoignages d’histoires et d’expériences encourageantes et réussies.

Une journée de sensibilisation serait donc le projet pour lequel le groupe s’engage.

La réunion se rapprochant de la fin, Anne Marie Cibaud fait un point sur l’ensemble de ces réflexions qui ont émergées durant cette rencontre et propose de communiquer autour de ce réseau d’acteurs de proximité qui se met en place en invitant la presse à la prochaine rencontre.

Les membres de la réunion confirment qu’il est important que les professionnels du monde du handicap communiquent sur leurs actions car c’est souvent l’ignorance et le manque d’informations qui sont vecteurs d’angoisse chez les jeunes parents.

Pour la prochaine réunion, le Conseil général sera invité pour être associé au projet.

La prochaine réunion aura pour but d’identifier clairement le projet et les premières modalités.

Portfolio