PROJET "HABITER"

mardi 12 février 2008, par Stéphanie LEON

PORTEUR DU PROJET :

Association Les Petits Débrouillards Bretagne

DEFINITION DE L’ORIENTATION :

Sciences et action culturelle – des liens naturels

Raisonner et créer : même combat

« Alors, plutôt scientifique ou littéraire ? » Si cette question n’a pas été posée des dizaines de fois à la majorité des élèves de nos écoles, elle ne l’a jamais été. Cette question est d’autant plus perverse – au-delà du fait qu’elle ne repose sur rien de solide, sinon sur des à priori, des reproductions d’une certaine idée de l’orientation et de la découverte des talents ou des facultés chez les élèves – qu’elle tend à séparer deux dimensions qui ne peuvent s’exclure ni se développer l’une sans l’autre : la capacité d’imaginer, de créer. Au cœur de cette convergence, l’observation et la capacité de réinterpréter, de modéliser, de créer à partir des filtres sensitifs.

En d’autres termes, pour le scientifique, les sens permettent une observation de qualité, fondement de toute démarche scientifique et d’expérimentation. Pour un artiste, ils conditionnent sa créativité. Or l’idée, l’imagination et la création ne sont pas étrangers au monde apparemment exclusivement rationnel des sciences. Les frontières, là encore, ne sont pas si claires et intangibles. Des surprises nous attendent derrière la muraille des apparences. Du serpent de Kékulé à la double hélice s’ADN, un élément essentiel de la démarche scientifique n’est jamais discuté, car précisément ne reposant pas une « logique » rationnelle : il s’agit de l’idée. D’où vient-elle ? Comment a-t-elle jailli du processus de recherche ? Aucun article scientifique ne discutera jamais cet élément qui constitue sa base systématique, précisément car elle ne s’explique pas. Mystère et bouche cousue. Le processus de recherche scientifique, de production de nouveaux savoirs requiert les mêmes qualités que le processus artistique : l’imagination et la créativité.

Ainsi, les liens que les Petits Débrouillards opèrent entre créativité (et donc, de facto, éducation artistique et action culturelle) et les sciences ne relèvent pas de la traditionnelle passerelle que seraient les évolutions des techniques et l’influence de celle-ci sur l’émergence de « nouveaux arts ». Certes, il ne sert à rien de nier les pictural, mais nous pensons que là n’est pas l’essentiel. Il s’agit de démontrer, par la pratique, par « l’action scientifique » - comme on dit l’action culturelle- que les sciences se créent autant qu’elles s’apprennent.

Chaque scénario était élaboré avec 3 points de départ : le point de vue de la jeunesse, le lieu d’où l’on parle (territoire, quartier, ville), le fait qu’une « Cité Débrouillarde » s’y déroule.

La production artistique est visible sur Brest, elle est valorisée localement. Les deux productions apparaissent sur le DVD final rassemblant les projets réalisés dans les différents quartiers.

DUREE DE L’ACTION :

Début : 01 décembre 2007 Fin : 15 décembre 2007

Publics visés : 13-18 ans

DESCRIPTIF DE L’ACTION :

Dans le cadre de la rénovation du quartier de Pontanézen, la mairie de l’Europe consulte les habitants sur leurs attentes ; elle souhaite également pour aller au-devant du jeune public s’appuyer sur le travail des acteurs du quartier ou encore d’associations. L’idée est donc de s’appuyer sur le dispositif « Habiter » pour un projet avec les jeunes autours de cette rénovation. Un animateur Arts Plastiques (Guillaume Le Quément) et une animatrice Petits Débrouillards (Claire Jusseau, ingénieur maître en Génie des Territoires) conçoivent une animation visant à consulter les jeunes sur la rénovation des aires de jeux d’une partie du quartier. Cet espace à interroger a été défini en concertation avec la mairie. Il est délimité par les rue Isabey, Degas, Gavarni, Deveria, Daumier et Sysley et intègre l’aire de jeu de la rue Isabey. Sur 5 après-midi (3 heures d’animation), les jeunes détailleront les caractéristiques de cet environnement (en s’interrogeant sur l’accessibilité, la trame viaire, les modes d’habiter…), le photographieront et réfléchiront à de possibles aménagement des terrains de jeux et des espaces de circulation. Ce travail s’accompagnera d’une mise en perspective historique. Autour des idées et images développées, il y aura une phase de création plastique à travers la photo et le dessin sur de grands formats, d’environ un mètre soixante d’envergure (forme finale à définir en fonction des attentes personnelles des participants). Les photos seront imprimées sur de grands formats (tirages-papier réalisés par un imprimeur) puis collées sur supports rigides, elles seront retravaillées (ajout de calques, de graphes, de dessins) et constitueront ainsi les propositions des jeunes. L’animatrice Petits Débrouillards sera présente sur 2 des 5 temps d’animation, le 1er et le 3ème temps. Le centre socioculturel l’Escale diffuse l’information et identifie des jeunes intéressés par le projet. Valorisation : Ces réalisations seront exposées dans le hall de la mairie de l’Europe et devraient intégrer l’exposition nationale des projets « habiter » 2007. Les propositions de ces jeunes intégreront l’ensemble des propositions recueillies dans le cadre de la consultation sur la rénovation.

PARTENAIRES :

Centre socioculturel l’Escale

OBJECTIFS :

• Permettre à des jeunes de 13 à 18 ans de mener un projet finalisé, valorisant et valorisable,

• Favoriser l’expression des jeunes à travers une action dont ils sont les principaux acteurs,

• Permettre à des jeunes de se familiariser avec des outils techniques : Vidéo, prise de sons, photo, écrit (enquêtes, carnets de bord…),

• Ouvrir de nouvelles perspectives par la découverte de nouvelles pratiques professionnelles, par la rencontre avec des passionnés,

• Contribuer au croisement des offres culturelles par la spécificité d’une approche scientifique et des passerelles entre arts et science, science et société.

MOYENS :

• Créer un groupe de travail inter-associatif (Petits Débrouillards, artistes professionnels, acteurs de quartiers)

• Initier et accompagner la mise en projet d’un groupe de jeunes (4 à 6 jeunes),

• Valoriser les productions, permettre aux jeunes d’aller plus loin dans leur implication (valorisation locale et nationale)

Portfolio