Compte-rendu de la réunion du jeudi 1er mars 2007

vendredi 6 avril 2007, par christelle Pouliquen

Groupe Thématique L’accompagnement Scolaire

Présents : Sophie Cadour (Parent d’élèves LC Iroise), Typhène Heydon (FLSM), Marie-Thérèse Gouzien (Médiathèque), Yohanne Duportail (MPT Guelmeur), Laurence Augu (CAF). Excusés : Olivier Blécon (MPT Guelmeur), Ludovic Mingant (PLMPR) Hélène Le Guellec (FSE LC Iroise), Jean-Claude Lardic (Parent d’élèves FLSM), Christelle Pouliquen (Mairie). Absents : Joëlle Thoulouzan (Education Nationale), Gwénaëlle Quénéa-Douarinou (école du Pilier Rouge), Catherine Fichou, (Ecole jacques Kerhoas).

1. Rappel du travail précédent : Christelle étant absente, c’est Laurence qui prend la relève pour animer le groupe. Elle relit la définition de l’accompagnement scolaire travaillée lors de la dernière réunion et sur laquelle tout le monde a réfléchi en binôme, en 2 groupes séparés puis en groupe complet :  L’accompagnement scolaire, ce n’est pas l’école après l’école. C’est donc en dehors du temps scolaire.  Il pourrait se diviser en trois temps. Un premier temps pour le goûter, un second temps pour les leçons puis un dernier temps plus ludique. Ces temps seraient figés, ce qui permettrait aux enfants de s’entraider, d’échanger.  Les enfants en difficulté devaient être la priorité. La prise en charge idéale serait d’un adulte pour un ou deux enfants.  Les parents pourraient venir, ce qui les aiderait à suivre la scolarité de leur enfant, à les impliquer, en échangeant avec les accompagnants. Ceux-ci seraient en accord avec l’équipe pédagogique (ce qui implique un travail en amont avec tous les partenaires). Un carnet pourrait servir de liaison entre tous les partenaires.  Ce n’est pas à l’accompagnant d’apprendre à l’enfant, il peut expliquer ce que l’enfant n’a pas compris, ce qui nécessite d’être en accord avec l’équipe pédagogique. Il faut valoriser l’entraide, le partage la solidarité entre enfants durant ce moment.  Il est important de valoriser l’enfant.

Plusieurs fois, la question des enfants en difficulté scolaire est revenue.

2. Validation et critique de la définition : Chacun s’est exprimé sur les incompréhensions et sur ce qu’il pensait être nécessaire de retravailler et développer dans cette définition :
-  § 1 : la succession des 2 phrases n’est pas logique. A revoir.
-  § 2 : la définition n’aborde pas la durée de la séance. Sophie remarque qu’il avait été annoncé que la séance devrait durer environ 1h30 avec 20 min pour le goûter, 30 min pour les devoirs et 40 min pour les loisirs. Cependant, est-ce vraiment bien de trop figer le temps entre les devoirs et les loisirs ?
-  § 2 : la dernière phrase du paragraphe est à expliciter : les enfants peuvent s’entraider lorsqu’un enfant a fini avant les autres et qu’il lui reste du temps avant le temps de loisirs.
-  § 6 : développer la valorisation de l’enfant dans le temps ludique = toucher les centre d’intérêts de l’enfant et lui permettre de s’exprimer.
-  Parler de la possibilité de faire intervenir des personnes extérieures (ex : les petits débrouillards) et dire que les bénévoles peuvent être force de proposition dans les loisirs (ex : si la personne sait tricoter). Au fil de la discussion, d’autres remarques ont été faites et des débats ont été lancés : Thyphène parle de la difficulté à faire participer les parents ; ils viennent chercher leurs enfants après leur travail quelque soit l’heure. Figer les temps est difficile. Yohanne parle de son expérience où les parents sont intégrer aux activités s’ils arrivent avant la fin de la séance. Cela peut-être aussi le moment où les parents échangent avec les accompagnants. En fait, on se rend compte que le fonctionnement des accompagnements scolaires diffère d’une structure à l’autre. Il semble donc difficile à certains moments pour le Foyer laïque de se retrouver dans la définition et de la faire appliquer dans sa structure. Par exemple, une des valeurs principales de l’établissement à laquelle il ne dérogera pas, c’est celle du volontariat. Dans l’accueil éducatif, l’enfant n’est pas obligé à faire ses devoirs. (Mais qu’entendent-ils par-là ? volontariat de l’enfant ou du parent ?)

En fait, il en ressort que cette définition ne peut être stricte et irrévocable pour tous. Peut-être que l’intérêt de ce groupe serait de se mettre d’accord sur certains concepts de l’accompagnement scolaire. Par exemple : comment travailler le temps ludique ? en tenant compte des centres d’intérêts de l’enfant, en cherchant l’éducatif derrière le loisir... Qu’entend-on par accompagnement scolaire ? ... Comment passer l’information dans les écoles et travailler avec elles ? Il serait intéressant de travailler cette année sur un écrit détaillant certains principes de base de l’accompagnement scolaire tout en laissant une marge de manœuvre à chaque structure. Ce projet écrit devrait être validé par tous même les écoles.

Peut-Être serait-il plus logique de travailler à la résolution de problèmes concrets à la rentrée suivante comme la question du passage du CM2 à la 6e, l’accompagnement des collégiens, l’accompagnement des enseignants et des animateurs pour accueillir les enfants en difficulté scolaire ... (cf. les 4 thèmes). Pour cela, il faudrait mettre des échéances à court, moyen ou long terme pour chaque sujet abordé.

Prochaine rencontre le jeudi 19 avril à 18h. Le lieu est à confirmer (PL Pilier Rouge ?)

Portfolio